sport

Je me mets au sport

Ce weekend, je suis passée devant un buraliste, et j’ai été interpelée, comme chaque année, par les unes de magazines féminins.

Avons-nous toutes tant grossi cet hiver (ainsi que les précédents) pour que la presse féminine veuille nous affamer ? Pourquoi nous culpabiliser ainsi ? Ma jupe me serrant un tout petit peu, presque rien (il suffit de rentrer un peu le ventre et c’est bon), j’ai eu une idée qui m’a paru le temps d’un dixième de seconde être bonne : celle de me remettre au sport.

sport

Étant plus du genre à tomber dans un paquet de Schokobons à 18h et à faire des sprints en talons aiguilles après un bus que d’aller compter les calories de mon assiette après une séance de CAF dans une salle de sport ruineuse, (j’en ai fait une fois, cela m’a juste permis de prendre conscience de TOUS les muscles de mon corps, et croyez-moi, on en a beaucoup. Même derrière la tête), je me suis dit que j’allais faire un sport simple et commun : le jogging.

Déjà, le concept de « courir sans but aucun » (j’ai lu André Breton dans ma jeunesse, c’était avant que je ne découvre Twitter) me dérange un peu. En repensant à l’essayage de ma jupe préférée qui me serrait un peu (mais si peu), j’ai enfilé mon jogging. Hem, qui serre lui aussi. C’est un complot. Ensuite, il a fallu mettre les baskets. Et là, ça a été le karma drame : introuvables.

Après avoir retourné l’appartement pendant 30 minutes à la recherche de ces fichues baskets, j’ai enfin mis la main dessus. Toute transpirante par tant d’énergie fournie, je me suis affalée sur le canapé et ai pris la tablette de chocolat à portée de main pour récupérer un peu.

Demain je cherche mon t-shirt.

Spread the world !Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook

33 commentaires pour “Je me mets au sport

  1. Mdr, ah c’est dur de se mettre au sport 😉

    Le jogging, c’est un peu comme le football, le basket ball ou le hand ball mais sans le ballon… Tu cours après… Euh… Rien 😉
    Alors le truc sympa, c’est de ne pas courir seul pour pouvoir discuter… Sauf qu’au bout de 10 min, tu as un point de côté… Et oui… Il ne faut pas parler pendant le jogging… Et qu’est ce que c’est chiant finalement…

    Allez courage, le t-shirt devrait pouvoir se retrouver plus facilement 😉

  2. Le sport c’est: s’habiller en fluo. Partir d’un endroit, pour finalement revenir au même.. « -Pourquoi t’es parti alors? ».

    Tel le disait Dany Boon.

    (J’dis ça mais j’suis un grand sportif ^^)

      1. Le plaisir c’est: -être essoufflé. – avoir une pointe côté. -avoir mal au coeur. -transpirer de tout son possible. – avoir mal aux jambes.

        C’est ça le plaisiiiiiiir ! 😀

      2. Tu veux du plaisir et entretenir ta forme ? J’ai des copines qui pratiquent un sport vieux comme les putes (au moins) : la baise. Pas celle où tu fais l’étoile de mer, non, la version longue-acrobatique-torride. Apparemment, ça marche bien.

        Après, les voisins n’apprécient pas trop, en général, mais bon… c’est pas eux qui doivent rentrer dans ta jupe, hein ! 😉

        1. Hé hé je pratique ce genre de sport. Le problème est que j’ai tendance à me jeter sur le chocolat après. Y en a c’est la clope, moi le cacao. La jupe sert toujours (un peu moins tout de même en ce moment!) mais au moins tu sens doublement bien.

          1. En général, un tel comportement est plutôt masculin (la clope sur la terrasse, le chocolat à la cuisine). Ma foi…

      3. Moi et mes jambes partageons ton avis. Dès que je tente de les faire courir (même si c’est pour rattraper un bus…), elles me disent « Mais, pourquoi on fait ça ? [facultatif, uniquement pour le cas du bus] On va jamais le choper, ce bus, et au final, on finira en retard ET crevé ! [/facultatif] ».

        Un jour, on m’a parlé d’endorphines qui font qu’au bout d’un moment, t’es grave contente de courir, parce que ton cerveau, il s’est auto-shooté pour que tu douilles moins. Je m’emmerdais parce que j’étais en déplacement dans un coin paumé, donc ça m’a presque convaincu, et j’ai tenté, pour voir.

        Donc, j’ai couru. Au bout d’un moment assez bref, j’ai senti que l’air me faisait mal à la gorge. J’ai persisté, pensant que les endorphines allaient voler à mon secours. Tu parles. Mal aux pattes aussi. Puis au bout du nez. Mal partout, en fait. Les endorphines ne se sont jamais pointées, ces enflures.

        Puis, je me suis aperçue qu’un SDF bourré, que ça amusait grave de me voir cavaler avec autant d’énergie qu’un lombric neurasthénique, me suivait sur dix mètres à chaque tour en mimant ma démarche.

        Le jogging, c’est le mal.

  3. Alors t’en es où du rentrage de ventre ? toujours nécessaire ?
    Bon, sinon, le jogging, c’est pas courir sans but aucun : tu fais sauter le bouchon de graisse dans tes artères, tu réfléchis (sisisi !) en courant à tout ce que tu vas mettre sur ton blog,…
    Et c’est si bon quand c’est fini ! rien que pour ça, j’aime courir !

    1. Oh je le rentre un peu moins. Ca fait 2 mois que je me suis sevrée de chocolat (les 15 premiers jours ont été durs!!) donc la jupe va mieux. Encore un petit effort et je pourrai remettre mon jean référence d’il y a 8 ans, avant mes études (oui les études ça fait grossir)

      Mr G est un joggeur, il me dit que ça purifie et qu’après tu te sens apaisé. Moué.

  4. En ancien geek (si si, ancien, j’insiste. Mais toujours bloggeur) devenu runner affirmé, je ne peux que te conseiller de pratiquer le running (ou jogging, c’est pareil).

    Alors certes, au début, j’étais aussi réfractaire. Courir pour courir, bof. Mais un joli coin de nature, un beau coucher de soleil, de la musique dans les oreilles, et ça va tout seul.
    Ça déstresse, ça permet de penser à autre chose, ça produit de l’endorphine (vas-y dégaine ton iPhone ! ;)), et au final : on se sent mieux après.

    Attention toutefois : c’est terriblement addictif. En 1 an, j’en suis à 300 bornes parcourus. (oui, je cours avec mon smartphone. RunKeeper, c’est juste excellent !)

    Sportivement,

    Kenshin.

    1. Je marche, ça compte? Je marche tout le temps. Avec un but : aller au boulot, rentrer chez moi, faire des courses, aller acheter des chaussures.
      Mais tu n’es pas le 1er à me dire que c’est addicitif. Le problème, c’est que la glande aussi.

  5. Je compatis. je m’y suis « remis » aussi et… c’est dur .

    Le syndrome du pigeon voyageur m’interpelle également beaucoup : on court, on fait un tour et on revient au point de départ… mais sans message 🙂

    courage, tu n’es pas seule !!

    (sinon, il te reste du chocolat ? )

  6. ahahah ton article m’a fait beaucoup rire, je ne m’attendait pas à cette fin ! 😉
    Le plus dur c’est de relancer la machine ! Par contre, (je ne sais pas si tu as reussi a te motiver depuis que tu as écrit ton article), je te conseil de trouver un sport ludique pour associer sport et plaisir !
    Le running, c’est vraiment pas un sport marrant si tu ne préparer pas une compétition…
    Et les premier footing sont assez terrible…

    Bon courage dans tous les cas !
    Gabriella

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut