Ces moments gênants

J’ai une forte propension à la maladresse, verbale comme gestuelle. Cependant, j’ai suffisamment d’auto-dérision pour en rire plus tard -parfois beaucoup plus tard.

Je porte chaque jour des talons d’au moins 10 cm. Je trouve ça élégant, sauf quand je marche dans une ruelle pavée, ou que mon talon se coince dans une bouche d’égout. J’ai l’air con à ce moment précis.

Je ne suis pas très physionomiste. Je rencontre beaucoup de gens dans le cadre professionnel, et il m’arrive de ne pas les reconnaître quand je les croise en-dehors de leur contexte. Ce qui donne des situations gênantes lorsque quelqu’un me salue dans la rue et que je ne sais absolument plus qui il/elle est. J’essaie toujours et parviens (souvent) à faire illusion, mais une fois un gars m’a dit « vous ne me remettez pas, n’est-ce-pas ? ». Non, en effet.

Lors d’une soirée chez des amis, à laquelle étaient conviés d’autres potes à eux, j’ai été prise entre deux discussions : l’une sur le cancer, l’autre sur les bébés. J’avais un coup dans le nez, et j’ai dit sur un ton pourtant sarcastique : « je ne sais pas ce qui serait le pire pour moi, avoir un cancer ou tomber enceinte ». Deux des nanas l’étaient -enceintes, pas malades, et l’ont mal pris. Sur le moment, j’ai oublié qu’on ne peut pas rire de tout avec n’importe qui.

sense dark vadorJ’aime l’humour noir, et geek. Mais pas mon entourage, ce qui fait que je passe pour celle dont personne ne comprend les blagues bizarres.

Un jour que j’étais en train de glander sur mon smartphone dans le métro, j’ai tilté que j’étais arrivée à ma station alors que les portes se refermaient déjà. J’ai bondi pour sortir, je me suis explosée contre les portes. J’ai fait semblant de rire histoire de garder la face, et j’ai souffert en silence.

J’ai dit, sur le ton de la boutade, à une femme dans la soixantaine qui avait oublié son chéquier, et alors que je bossais comme caissière en parallèle de mes études : « C’est Alzheimer avant l’âge ! ». Elle a tiré une tronche de six pieds de long, et m’a dit qu’elle en avait les prémices.

Alors que je vivais à Sin City, j’ai envoyé un SMS un peu chaud à mon copain. Dans le répertoire de mon téléphone, il est proche de ma mère. J’ai fait une mauvaise manipulation, elle a reçu le SMS. Et m’a engueulée.

J’ai sorti à ma mère, qui fêtait alors son 55ème anniversaire, que « non, tu n’es pas vieille. Enfin, tu es mi-vieille ». Ca fait dix ans, elle me l’a ressorti encore dernièrement.

A ma belle-soeur qui avait mis en statut sur MSN à l’époque où c’était encore bien « C’était trop bien cet enterrement de vie », j’ai répondu (enfin provoqué, parce qu’on ne m’avait rien demandé ^^), par statut interposé : « On n’a pas enterré la bonne personne ». On ne se parlait déjà pas à cette époque, mais ça n’a pas arrangé les choses.

Je n’oublie pas ce moment de solitude intense où je pensais avoir un tampon dans mon sac à main mais qu’en fait non.

J’ai garé des mois ma voiture dans la rue parce que je n’arrivais pas à fermer la porte de notre garage Hörmann car je suis trop petite, même avec des talons de 10 cm.

Je me suis fait larguer par un mec dont j’étais amoureuse il y a quelques années. J’ai mis longtemps à m’en remettre. Un matin en me réveillant, je vois que j’ai reçu un accusé de réception de lui. Hein quoi ?! Je lui avais envoyé un SMS vide en dormant.

Je me suis remise au sport l’année dernière après un arrêt de quelques années. Les premières fois, j’avais tellement de courbatures au réveil que je me marchais telle un robot, sans pouvoir étirer les jambes. Mon copain m’a appelée Robocop pendant des semaines.

Un matin de novembre, j’ouvre un oeil à 13h28. Je trouve l’appartement bien calme. Normalement, j’entends mon copain qui joue ou fait un truc. On était lundi, mon smartphone s’était éteint et les 3 réveils n’avaient pas sonné, j’ai dû appeler mon chef et arriver au bureau la tête en vrac et assumer mes 5h de retard. Depuis, j’ai 6 réveils.

Lors d’une soirée en famille l’année dernière, je me suis empalé la main avec une fourchette à fondue, dans l’indifférence générale. On ne prend pas suffisamment conscience des accidents domestiques.

Je n’ai jamais aimé parler en public, et lorsque j’ai eu à le faire étudiante, je tortillais mes mains, ne sachant pas vraiment quoi en faire, comme beaucoup de gens. Durant ma soutenance de licence, j’ai tenté une posture inédite pour faire la nana à l’aise : mettre une main sur l’arrière de la hanche, en tenant bien droite. J’avais presque terminé ma présentation lorsque j’ai tilté que j’avais la posture d’une nana aguicheuse face au jury, composé de mecs. J’ai enlevé ma main puis les ai tortillées. Mais j’ai eu ma soutenance.

Je passe tellement de temps sur le net que parfois, lorsqu’il m’arrive un moment gênant, j’ai déjà pensé « quel moment gênant ».

Rassurez-moi, vous aussi vous avez des moments gênants ?

Spread the world !Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Share on Facebook
Facebook
Taggé comme:

À propos de l'auteur

J'ai créé ce blog en mars 2011. Il parlait alors de geekeries en tout genre. Ma vie a pas mal évolué, ce blog avec. Aujourd'hui, il est à mon image : la vie belle et rebelle.

25 Comments

  1. Matt dit :

    Preums (vu que c’est si gentiment demandé ^^)

    En tout cas très bon billet qui m’a donné le sourire (:

  2. Vulcam dit :

    Haha, j’ai bien rigolé. 😛

    Ca m’arrive aussi régulièrement les moments gênants.

    Dernier en date, je suis étudiant depuis peu et j’ai donc quitté le foyer familial. Je voulais faire un virement sur mon compte et comme je galérais un peu, la dame à l’accueil m’a dis pour plaisanter « Il aurait fallu demander conseil à maman ! » et je lui répondu très sérieusement : « Ah, mais maman n’est plus ici malheureusement. ». Il m’a fallu deux minutes et la tête déconfite de la dame pour me rendre compte de ma bourde. 😀

  3. Maël dit :

    Ah, les moments gênants…

    Si ça peut te rassurer, oui, ça m’arrive aussi, et plus souvent qu’à mon tour (expression qui ne veut rien dire, mais enfin, c’est cadeau, et quand c’est cadeau, on ne se plaint pas de la qualité du cadeau 😉 )

    Oui, on vit dans un monde où on peut vendre des armes, mais « on ne demande pas l’âge d’une dame, voyons… »

  4. Pedro dit :

    Excellent billet 🙂

    Et tout pareil, ça m’arrive aussi (très) régulièrement 😉

  5. Sarah dit :

    euh … j’ai l’impression de me voir complètement dans cet article :/

    En tout ça j’étais pliée en deux du début à la fin !!

  6. Chapitre Onze dit :

    Ah ah ah ! Je me reconnais très bien aussi dans ton billet ! J’expérimente tout le temps ces moments gênants. J’aimerais bien ne plus en faire mais je crois que c’est mort !

  7. Gentil Salaud dit :

    J’ai grandi dans un endroit ou on fait du ski 6mois par an avec l’ecole primaire. Un jour je suis arrive en haut du telepherique, mais mes skis etaient a l’ecole, parce que, ben, j’avais oublie de le prendre. La journee a ete longue.

    Et aussi cette fois ou je suis passe a la caisse de Monoprix, tout seul, avec deux boites de tampons (parce que bon, j’hesitais sur la couleur)(je suis un homme).

  8. Très bon billet, effectivement c’est un peu ce que ma copine me raconte le soir en rentrant du boulot 🙂 et le coup du Robocop excellent!

  9. jedicrucho dit :

    Quel moment de poilade cet article.

    Je me lasse jamais de lire tes artices. il me redonne le sourire^^

  10. Un sympathique billet plein d’humour ! Merci Geekette ! 🙂

  11. Géraldine dit :

    Excellent ! Oui, tous ces moments de solitude sont souvent drôles, malgré les tensions (internes ou externes !) qu’ils peuvent générer… Ici aussi, je cumule par moments. Il y a d’un côté les actes, de l’autre les paroles… Au moins, de ce côté-là, j’ai appris à tourner ma langue dans ma bouche (7 fois, c’est la coutume) avant de parler 🙂 Ça évite les « tu es à combien de mois », alors que la fille n’est pas enceinte 🙁 !

  12. adeline dit :

    Merci! Alors qu’on est sous la flotte, ça fait du bien de rire!!!
    Quand à moi, le nombre de fois où je donne ma carte Vitale à la place de ma carte bleue….

  13. Angry Mum dit :

    Evidemment, il y a des moments gênants qui peuvent blesser celles et ceux qui parfois manquent un peu de recul ou qui semblent ne pas te connaître… Mais j’ai beaucoup plus souffert à lire tes maladresses avec le monde physique. Si avec tout ça tu n’es pas en acier, je ne sais pas comment tu fais. Bon courage à toi 😉

  14. amrrakchi dit :

    Un sympathique billet plein d’humour ! Merci Geekette !

  15. anais@amourenligne dit :

    Ahaha, apparemment ça n’arrive pas qu’aux autres! Ca me fait moins sentir « forever alone » ton anectode! 😉

  16. gi@tapis dit :

    Ca c’est pour vous les filles! Pour nous les mecs, les moments gênants arrivent presque tous les jours, tous les matins 😉

  17. @samiagraphe dit :

    RT @Mlle_Geekette: [C était mieux avant]: Ces moments gênants http://t.co/7ErZbcHmNT #Asociabilité

  18. trader en ligne dit :

    Un sympathique billet plein d’humour ! Merci Geekette !

  19. fail memory dit :

    Bonjour MG ! Je viens d’arriver sur le site, et j’ai passé ma journée dessus ><. Mon pire moment de solitude, ca a été pendant une interro de bio, pas moyen de retrouver la définition d'une cellule. J'ai fini par noter "la cellule, c'est l'encadré du haut de la page 4" … J'avais déjà l'air con, mais le pire, c'est que j'ai dû refaire cette année là, et avec le même prof, et j'ai eu droit à la même interro (mais vraiment la même !) à un détail près : dans l'énoncé, le prof avait ajouté "l'encadré ne suffit pas". Du coup, non seulement j'étais rouge de honte, mais personne n'a pu comprendre la blague, et ils ont tous retapé l'entièreté du chapitre pour répondre …

  20. Mialana dit :

    Salut. LOL, rassure-toi, ça m’arrive aussi, et les miens offrent également matière à rire :-). Je pense que ce sont des instants de ce genre qui pimentent quelque peu la vie, même si l’on aimerait mieux ne pas en avoir. Bye !

Leave A Reply