J’ai perdu mon téléphone 

Je me suis réveillée hier matin comme chaque jour avec l’atroce mélodie que braille mon smartphone. Je pourrais bien sûr la modifier et mettre une chanson que j’aime bien, mais je déteste systématiquement tout ce qui me réveille, mecs inclus sauf s’ils font ça très bien, alors j’ai gardé l’une des sonneries de base.

Ensuite, je me suis préparée rapidement, et avant d’aller travailler -je travaille et vis sur une base loin d’un peu tout, je suis passée faire un câlin avec mon plan cul du moment, et quand je l’ai quitté pour partir travailler : plus de téléphone. Disparu. Il ne devait pas être bien loin, je me revoyais aller chez lui avec. Alors on l’a cherché. De partout.

Entre chez moi et chez lui, je m’étais arrêtée déposer des vêtements pour les faire laver. Je suis retournée à la laverie, j’ai fouillé le bac à linge sale, j’ai regardé sous la table, sous les chaises. Les gars qui gèrent la laverie m’ont regardée un peu bizarrement, m’ont dit qu’ils regarderaient et m’appelleraient s’ils trouvaient un téléphone. J’ai vidé le bac à linge malgré tout, et je n’ai rien trouvé.

Je suis retournée chez moi, ai fouillé ma petite chambre, n’ai pas trouvé ce foutu téléphone. Je suis allée à mon bureau pour voir si mon smartphone n’y était pas et il n’y était pas -le contraire aurait été bizarre.

J’ai lancé sur mon ordi l’appli de Google qui permet de localiser son téléphone ou de le faire sonner mais évidemment le smartphone était en mode avion. P’tain quoi.

Je suis retournée à la laverie. J’ai revidé le bac à linge sale. J’ai senti que je gavais un peu les mecs de la laundry.

Je cherche, cherche, cherche, trouve des trucs que j’avais oublié que j’avais perdus. Mais toujours pas ce putain de smartphone.

Je commence à paniquer, me dis que ceux qui vont le trouver vont fouiller la carte mémoire et tomber sur des sexypics et autres photos un peu personnelles, que je vais me faire chier quand je vais aller au sport parce que courir sur un tapis, c’est déjà chiant, alors sans musique, merci. Qu’en plus mon casque audio Bluetooth à réduction de bruit ne me servait plus à rien.

J’ai envoyé un mail à toute la base pour les avertir que s’ils trouvaient un smartphone noir avec une housse blanche, c’était le mien.

Puis j’ai bien dû bosser un peu, tout de même. Je pensais à mon téléphone perdu. Et du coup je n’avais pas Whatsapp pour papoter. Ca a été long.

Je suis allée déjeuner, tout le monde m’a demandé si j’avais retrouvé mon smartphone. Non.

Nous ne sommes pas si nombreux à vivre ici et l’espace est plutôt restreint, alors j’étais plutôt confiante sur le fait que ce smartphone ne pouvait pas disparaître comme ça.

Mais je suis retournée à la laverie. Les gars m’ont dit qu’ils m’appelleraient s’ils le trouvaient, que ça ne servait à rien que je passe toutes les heures.

Je suis retournée bosser. Puis je suis allée au sport. J’ai dû mettre de la musique sur une clef USB et discuter avec mes collègues présents dans la salle. Ils m’ont demandé si j’avais retrouvé mon téléphone. Le couteau dans la plaie.

En terminant ma séance de sport, j’ai voulu entrer mon activité dans Runkeeper, mais je n’avais pas mon téléphone. Je me suis dit que ce truc avait tout de même trop d’importance dans ma vie. J’ai commencé à me dire que ça serait pas plus mal de ne plus avoir de smartphone, je parlerais plus aux gens, et je serais moins dépendante.

Puis, je suis retournée travailler. Je fais pas mal d’heures par jour ^_^ mais en dehors de quelques contraintes, je m’organise un peu comme je le sens.

Pour le coup, j’avais un impératif, et je n’étais pas en avance. Je n’étais pas en retard non plus, mais pas en avance. Et là, le mec chez qui j’étais passée le matin m’appelle, pour me dire qu’il a retrouvé mon smartphone. Il était sous le lit, sous son t-shirt. Héhéhé. J’aurais voulu le rejoindre directement (mon smartphone, pas le mec, m’en fous de lui) mais j’étais attendue.

Je suis allée bosser, et en revenant, je suis passée chez mon collègue pour récupérer mon smartphone. J’ai voulu me connecter au net. Mais mon amant avait d’autres projets en me voyant arriver en fin de soirée dans ma robe sexy. Il avait raison, on s’en fout du téléphone, la déconnexion c’est pas plus mal. Je l’ai posé jusqu’au lendemain matin, jusqu’au moment où il s’est mis à brailler sa sonnerie irritante.

Spread the world !Tweet about this on TwitterShare on Google+Share on Facebook
Taggé comme:

À propos de l'auteur

On dit de moi que je suis parfois asociale et trop geek. En fait, j'aime juste être peinarde. Je me sentais incomprise jusqu'à ce que j'ouvre ce blog.

10 Commentaires

  1. Cristophe dit :

    Alors ? Tu l’as reperdu ?

  2. Morgan dit :

    Morale de l’histoire : Sexe>Smartphone 📱 😉😉😉

  3. T dit :

    Tout à fait d’accord avec l’épilogue, la déconnexion ne fait pas du mal .. on s’en fout du téléphone 🙂

    Parfois il m’arrive de couper le smartphone pendant 24 heures chrono (ce qui n’est déjà pas mal, il ne faut pas abuser quand même!) durant le WE .. c’est là que l’on se rends compte que l’on est techno-dépendant d’un si petit gadget .. enfin je fais le malin mais j’évite de le faire quand je sais que l’une ou l’autre amie risque de me lancer une invitation :-))

  4. Vincent dit :

    Hé ouiii! On est complètement accros à ces petites choses! Mais couper de temps en temps ne fait pas de mal, bien au contraire 🙂

  5. Mélanie dit :

    Le pire c’est qu’on sait tous ou presque qu’on devrait lâcher régulièrement nos smartphones, mais c’est comme les cacahuètes à l’apéro, si on les a à porter de main, on ne peut s’empêcher de les attraper !

  6. Souscrire une assurance décennale dit :

    Merci pour cette petite histoire, heureusement que t’as pu retrouvée ton smartphone, ça prouve à quel point on est accro à nos téléphone.

Laisser un commentaire

- Je joue le jeu des commentaires en Do follow, mais SVP n'abusez pas des ancres optimisées et des commentaires bidons, ils ne seront pas validés


Get Adobe Flash player