TV-orange

De l’abrutissement par la télévision

J’ai dû mettre le nez dehors le week-end dernier de quitter mon PC pour aller chez des amis à mon mec. Ceux-ci sont de grands fans de téléréalité, enfin surtout elle, mais lui n’éteint pas la télé non plus, et qui ne dit mot consent. Je l’aurais su en les rencontrant, on n’aurait sûrement pas été potes, c’est une chose que j’ai apprise via Facebook. Comme il paraît qu’il faut que je sociabilise, et qu’il y avait à cette soirée d’autres personnes appréciables et appréciées, je me suis dit que j’allais prendre sur moi et ne pas faire de réflexions déplacées. Forte je suis.

Bref, on arrive et forcément, l’heure de l’apéro coïncide avec celle des Marseillais à Rio. Je fais une vanne sur le programme alors que j’ai encore ma veste sur le dos. La nana, qui ne relève pas la vanne, me dit très sérieusement que c’est comme les Marseillais à Cancún et à Miami. Non mais sans dec’.

Je ne suis vraiment pas cliente de ce genre de programmes, même si j’avais regardé de très loin le premier Loft Story il y a 13 ans maintenant (putain déjà 13 ans, c’était l’année du bac de français), et que déjà à 17 ans j’avais trouvé ça nul et vide. D’ailleurs, j’ai vu Loana au zapping récemment, elle fait peur.

Ils ont laissé la télé allumée durant l’apéro. Forcément, ceux qui sont face à la télé ont eu les yeux dessus, et toi tu parles à des gens qui ne t’écoutent que d’une oreille.

Je n’ai jamais trop regardé la télévision, et plus le temps passe, moins je la regarde, notamment parce que je trouve que les programmes des grandes chaînes abrutissants. Je ne parle pas d’Arte ou de Planète ou autres chaînes qui relèvent le niveau. Je ne veux pas non plus faire la nana qui dit  ne regarder que des documentaires sur les pulls en poil de yack au Tibet, simplement il y a un énorme tri à faire. Parce que réellement, j’ai l’impression que la pub, le niveau des programmes, même du cinéma (j’entends ici des blockbusters) sont chaque année plus bas.

Cela étant, même lorsque je voudrais regarder des programmes intéressants, comme j’ai la TV par Orange, via la fibre, j’ai régulièrement ce genre d’images :

tv-orange-pourri

En sondant autour de moi, pas mal de mes amis ont fait le même constat. Quel est le plaisir de regarder une bande d’abrutis payés à ne rien foutre dans une maison ou partir sur une île où tout est scénarisé ? Ou d’émissions qui parlent d’autres émissions ? D’imitateurs qui imitent d’autres imitateurs ? Je veux bien qu’on m’explique, vraiment.

J’ai bien tenté de proposer à mes potes de jouer aux cartes plutôt que de regarder la télé. Si la plupart connaissaient les règles du poker, certains autres ont lâché l’affaire au second tour, préférant « ne pas se prendre la tête un samedi soir ». J’ai bien failli demander si les autres jours de la semaine ils se la prenaient bien étant donné le niveau des émissions qu’ils regardaient, mais je me suis abstenue. Le poker, c’est tout de même mieux que d’être tous rivés devant un écran, mais bref.

Je terminerai sur cette citation de Patrick Lelay, alors à la tête de TF1: « Soyons réalistes : à la base, le métier de TF1, c’est d’aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit. (…) Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau disponible. »

Spread the world !Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook

35 commentaires pour “De l’abrutissement par la télévision

  1. Ma Geekette, je t’aime ! 🙂

    Je te plains, toi qui as dû supporter ces gougnafiers à moitié dans la conversation, à moitié dans leur émission abêtissante. (à noter que le phénomène est de plus en plus courant en raison des smartphones. La dernière fois un « collègue » était plus dans un stupide jeu mobile que dans la conversation. Ça m’a passablement agacé.)

    J’ai particulièrement apprécié la remarque de ton interlocutrice qui t’a dit : « C’est comme les Marseillais à Cancún et à Miami. » Cela ne laisse aucun doute sur ses compétences dans le domaine de la télé-réalité. C’est d’ailleurs, je crois, la raison pour laquelle elle n’a pas relevé ta vanne… 🙂

    Et que dire, que dire à propos de cette expression que j’abhorre : « Pas envie de me prendre la tête » ? Elle symbolise à elle seule cette tendance au désengagement général, cette volonté affichée de s’affranchir de toute réflexion, de toute action constructrice. Elle est le reflet de la léthargie. C’est tellement plus simple de regarder une bande de pitres mal coiffés dans une émission télé.
    (Ça me rappelle le film Idiocracy)

    Quant à la conclusion de ton article : je ne peux que l’approuver.
    Bref, c’était du grand art ! 🙂

    1. Oh merci mon Natroll ! J’avais peur de ne pas être à la hauteur de tes espérances.

      Tu sais que je fais très souvent référence à ce film Idiocracy. Je me fais quasiment chaque jour la réflexion qu’on y va à grands pas, et que nous vivrons malheureusement assez vieux pour le constater, la dégénérescence allant plus vite que dans le film.

  2. Coucou

    Ca me gave aussi les gens qui laissent la tv allumée quand on est invités, que ce soit pour laisser des programmes debiles ou n’impoe quel autre truc d’ailleurs…
    Mais c’est sur que ya des emissions…. Ça vole pas haut… 5 de qi pour 10 personnes ça fait léger…
    A+
    Karine

  3. « Ceux-ci sont de grands fans de téléréalité, enfin surtout elle »
    mais expliquez moi comment peut on être fan de ça?
    il faut avoir le niveau intellectuel proche d’une huitre pour arriver a regarder (et écouter) ce genre d’émissions de débile profond.
    Et mettre sur un piédestal une espèce pouffiasse refaite de la tête au pied avec un QI proche du néant (désolé j’ai pas trouvé d’autres mots pour la définir) ça démontre le niveau intellectuel des gens qui se font abrutir par les médias
    et le pire c’est jeunes qui se font influencer et qui s’assimilent a « çà » ….

    1. Ca me dépasse tout autant.
      Et la société promeut ces inépties, l’argent facile. Maintenant, les jeunes veulent être célèbres, et non pas en se faisant remarquer par un quelconque acte de bravoure ou d’intelligence.

  4. Alleluia, je me sens moins seule 🙂

    Personnellement je n’ai plus de télé depuis bientôt plusieurs années, et c’est un des meilleurs choix que j’ai fais dans ma vie …

        1. Je suis dans le club des sans-télé depuis mi-1999. Je me suis senti moins « extravagant » le jour où j’ai rencontré des retraités qui avaient fait aussi le choix de vivre sans, et pourtant ils ont le temps de la regarder.

  5. Arte qui relève le niveau, pourquoi pas, certainement. Pour ce qui est de Planète j’ai un sérieux doute, vu que cette chaîne ne fait aucune distinction entre les vrais documentaires et les documentaires pseudo-scientifiques. À pondérer.

    Sinon ben, la télé qui abrutit ce n’est plus un secret pour personne. Pas seulement pour ce qu’on y voit, rester les yeux figés devant un écran (qu’il soit de télé, d’ordi ou autre) perturbe beaucoup la concentration. Et accessoirement ça assèche les yeux.

  6. J’aime ton article.
    J’ai des collègues qui parlent de l’émission « L’amour est dans le pré », tous les jours. Et quand je leur explique que, « non je ne regarde pas la télévision ni ce genre d’émissions ». On dirait que j’ai raté ma vie. J’ai droit à des « mais tu fais quoi de tes journées alors ? ». Et là s’en suit une conversation sur les loisirs qui se termine par « de toute façon toi t’es informaticienne donc tu passe ta journée sur l’ordi ».

    Mais merde non ! Quand je rentre chez moi j’ai plein de choses à faire. J’ai une tonne de lecture, des consoles de jeux, des loisirs créatifs, de la cuisine… J’aime faire plein de choses. Mais non, comme je ne regarde pas la télé alors je n’ai pas de vie. Qu’est-ce que ça m’agace ce genre de réflexions à la con. Et bien sûr j’ai eu droit à « quand je rentre chez moi ce n’est pas pour me prendre la tête ». Dans ces cas là je repense à Alexandre Astier, chez Morandini qui critique l’émission « Qui veut épouser mon fils ». Pour ne citer qu’un morceau : « On ne peut pas, simplement, ranger ceux qui réfléchissent dans le clan de ceux qui se prennent la tête ».

    Et puis bon, la dernière fois que j’ai allumé la télé (pour mettre le décodeur à l’heure) je suis tombée sur une nana en train d’expliquer pourquoi il y avait deux lunes… Parce que c’est impossible que la lune des États-Unis soit la même que celle en France. Donc il y a deux lunes, c’est scientifique… Je pense que la prochaine dois je laisse le décalage de l’heure.

    1. J’ai eu droit à la même scène et concernant la même émission. Toutefois, le dialogue fut quelque peu différent :
      « Tu ne regardes pas, Seb’ ?
      – Non, je n’ai pas de télé.
      – T’as pas de télé ?! Comment tu fais ?! »

      À croire que cet objet est devenu vital… Alors non je n’ai pas de télé alors je lis, j’écris, j’ai un ordinateur pour regarder des séries si je le désire. Je n’ai donc nullement besoin de cet appareil. Et rejoindre les aficionados de ces émissions de « divertissement » ne me tente guère. Toutes ces inepties sont tellement vides de sens. Mon temps de cerveau humain disponible n’est pas à vendre.
      Forcément, j’ai droit moi aussi au sempiternel : « Le soir après le boulot j’ai franchement pas envie de me prendre la tête ». Il faudrait offrir un chapelet à toutes les personnes qui prononcent cette phrase tant elle s’apparente à une prière !
      Là, il me prend l’envie de citer Usul qui répond à cette phrase par : « Et il est absolument impossible de se détendre devant quoi que ce soit d’intelligent, c’est bien connu.
      Le degré de détente du sujet sera toujours proportionnel au niveau de connerie du programme devant lequel il végète. »

      1. Pas mal, j’aime beaucoup la citation d’Usul.

        En effet, pour ce genre de personnes la télé c’est vital. Lorsque je dépanne mes collègues avec leurs ordis, je discute un peu avec eux. Je leur demande comment ils vont, s’ils ont passé un bon weekend, comment vont leurs enfants etc. Et certains me répondent « ben ça va rien de neuf. Tu as vu l’amour est dans le pré ? C’était trop bien ! ». A croire que c’est la seule chose positive de leur semaine… C’est triste.

        Personnellement, mes parents avaient la télé allumée quasi toute la journée. Ils étaient plus absorbés par la télé que par ce qu’on pouvait dire. Mais en plus de ça, ma mère lit énormément et mon oncle venait à la maison pour jouer à la console avec mes parents. Donc j’ai vu autre chose que la télé. Chaque fois, j’ai l’impression de perdre mon temps à rien faire quand je suis devant cet appareil. Quand je lis un bouquin, j’avance dans ma lecture. Quand je joue à la console, j’avance dans un jeu. Quand je regarde une série, j’avance dans ma série. Quand je zieute la télé ben… je bouffe. Voilà… XD

        Ça me fait penser à une discussion que j’ai eu il y a peu. Je dis à une collègue que les journées sont trop courtes. J’ai trop de passions pour pouvoir tout faire. Et elle me répond que « non les journées sont trop longues au contraire, j’ai pas de loisirs, quand je rentre chez moi j’ai rien à faire » O_O
        Je suis restée sur le cul. Je n’ai même pas su quoi répondre.

  7. Bonjour mademoiselle geekette,
    longtemps que je n’étais venus ici, mais la prose est toujours aussi alerte (acide?)
    Comme toi, je ne supporte plus la télé et surtout ces émissions de télé-réalité, pas plus que les réseaux « sociaux » qui pour moi sont de la même veine!
    Quand est ce que les jeunes (et moins jeunes) ce décideront a vivre a nouveau leur propre vie plutôt que de vivre par procuration celle des autres (qui n’est d’ailleurs q’un fac-similé de la leur!

  8. Arte c’est pas toujours bien non plus. Je connais des gens pour lesquels si une émission passe sur Arte, elle est obligatoirement bien.
    Je ne regarde que des séries sur ma télé.
    D’ailleurs ton « Marseillais à je ne sais pas où », j’en n’ai jamais entendu parler.

  9. N’empêche que le jour où une chaîne produit un « Mademoizelle Geekette à Cancun », avec le personnage principal entouré de « vedettes » de télé-réalité, de sa belle-soeur et des gens du marketing de Florette, vous pouvez être sûr que je ne quitte plus ma télé.

  10. Et encore, les émissions de télé-réalité françaises restent bien sobres par rapport à leurs consœurs américaines ! Je suis tombée récemment sur un extrait d’une émission sans queue ni tête où de jeunes filles passent leurs journées à boire et à se taper dessus… Sans aucune raison ni aucune excuse ! On ne cherche même pas à déguiser la vacuité de ce show derrière un vague scénario…

  11. En ce qui me concerne, mon premier grand souci avec la télé est l’avenir des enfants en bas âge qui commencent déjà à être dépendants de celle-ci. Bien sûr, en ce moment, ils ne sont fans que de leurs dessins animés préférés mais à force ils se tourneront vers d’autres émissions qui influenceront avec certitude leur éducation, leur personnalité et leur avenir en général. A part les parents et l’école, il y aura également la télé pour former le triangle de son éducation, on peut se demander alors qui aura plus d’influence pour eux parmi ces 3 axes ? A mon avis, ce sera bien sûr la télé, et on peut se demander quelles en seront les conséquences ?

  12. Cela faisait longtemps que j’étais pas passé sur ton blog, du coup j’ai un peu de lecture !

    Pour cet article… estime toi heureuse. Ils auraient pu te proposer de regarder … la télé-réalité sur le poker !! (La maison du bluff)

  13. Pourquoi mettre dans le même panier de débiles profonds tous ceux qui regardent la télévision, et plus particulièrement la téléréalité ?
    Personnellement, je calque pas ma vie/mon look/mes aspirations sur ceux des Marseillais ou de Nabilla, mais regarder deux-trois émissions par-ci, par-là, ça me fait rire, et bizarrement, quand j’allume ma télévision, j’en demande pas plus.
    De là à généraliser en disant que ça me transformera en légume tout juste bon à gober du vide, comme ton article et certains de ces commentaires semblent le faire, je trouve ça un peu extrême 🙂 (même si je me doute bien que la nuance était pas le but du post’ et qu’il m’a fait rire à la lecture, hein, je suis pas là pour chercher la p’tite bête non plus)
    J’adore la lecture (Zweig, Fitzgerald toussa) et pense être curieuse de plein de choses, que ce soit passer des heures sur un bouquin, un jeu vidéo, ou discuter de philosophie voire m’intéresser à la physique quantique alors que j’ai jamais pu blairer les sciences au lycée… Je discuterai aussi bien avec une assidue des Marseillais qu’un accro de Bergson ou un mordu de Boris Vian.
    J’ai foi en l’humanité (ouiouioui, tutafé), alors je me bats tous les jours (et souvent contre moi-même) pour rester curieuse et ne pas enfermer qui que ce soit dans une case 🙂 [Bonjour, je suis un Bisounours]

    P.S. : Ma volonté de tolérance a tout de même des limites… Grazia et « 50 Shades of Grey », par exemple, je peux pas. J’essaie hein, mais je peux pas.

    Je sais pas trop où je voulais en venir avec ce commentaire, mais j’ai fini!
    Et puis, en passant, je commente pas souvent, mais j’aime beaucoup ton blog, j’y passe souvent. Voilà, voilà.

    1. Oui évidemment, faut nuancer. Et s’adapter à qui on a en face ^^
      Et en effet, il m’est peut-être, éventuellement, il se pourrait que, la légende raconte que, j’ai déjà regardé 3 minutes d’un programme de TV réalité juste parce que j’étais KO sur mon canapé et que je m’en foutais. :p

      Merci de tes passages par ici 🙂

Répondre à Audrey Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut