La présidentielle vue de la plage

Je viens de terminer un contrat de travail de sept mois dans ma base à l’étranger, où j’étais assez loin de la civilisation. Par contre, j’étais très proche de mes collègues, très et trop parfois, on vivait tous ensemble dans un espace assez restreint. Cette base, c’est un peu un huis clos. J’adore cette vie puisque c’était mon troisième contrat et que le prochain m’attend. Mais, un break s’imposait avant mon retour en France pour quelques semaines.

Avant de rentrer, j’ai décidé de faire des étapes par quelques îles perdues dans l’océan. J’avais besoin de me retrouver seule, et c’est le pied de l’être.

Bref, c’était pour poser le contexte. Même si j’étais à l’autre bout de la Terre, que maintenant je suis à la moitié de l’autre bout de la Terre, j’ai gardé un œil sur l’actualité en France. Moi qui hésitais à rentrer durablement un jour, enfin cette possibilité existait, je sais maintenant que je ne le veux plus. Pas seulement à cause de l’actualité, mais elle y contribue. Vue depuis l’étranger, la campagne présidentielle est une grosse mascarade. Déjà la dernière en 2012, alors que j’étais en France, m’avait atterrée, mais là on atteint le fond.

Sur ma plage, j’ai lu les conflits d’intérêts, mises en examen, scandales divers, magouilles, j’en passe des pires.

MG presidentielle

Oui, j’étais là 🙂

Depuis le haut de la montagne -oui parce que la plage c’est bien, mais la randonnée c’est mieux, j’ai lu les commentaires de mes amis et connaissances sur le net, qui sont dans la réaction plutôt que dans l’action, qui ne prennent aucun recul face aux événements.

Quand je vois une amie qui un jour se lamente que ses grand-parents aient dû quitter leur pays dans leur jeunesse à cause du régime politique d’alors, et qu’elle poste le lendemain des messages contre les étrangers, qu’un autre au chômage râle à propos des aides qu’on donne dans les DOM, puis ceux qui veulent convaincre leurs contacts de voter pour leur candidat en matraquant de vidéos issues de TF1 ou BFM TV, ceux qui postent des vidéos issues de sites bordelines (oh wait, veuillez excuser la redondance) avec en commentaire « No comment », ça m’énerve. Que des personnes éduquées, qui ont un travail et un avenir, qui ont voyagé un minimum puissent avoir un esprit aussi fermé, ça m’étonne et m’énerve.

Le pire dans tout cela, ce sont les média. J’ai appris l’attentat des Champs-Elysées sur la télévision dans un supermarché, branché sur CNN. CNN et BFM TV, même combat. La manipulation des masses est tellement évidente, je n’arrive pas à croire qu’autant de gens aient des œillères. Évidemment, le négatif engendrant du négatif… Pas grand monde ne parle de toutes les initiatives citoyennes qui, elles, changent le véritablement le monde, montrent que l’humanisme, la solidarité, le « vivre ensemble » existent. Que l’économie peut être changée et être bénéfique à tous et pas qu’au CAC40. Et que ça peut aussi influer sur un vote.

Depuis ma plage je lis les articles que j’ai chargés à l’auberge comme je n’ai pas de 4G sur mon île. Heureusement que j’ai retrouvé mon téléphone. Je me rends compte que les gens (#LesGens) regardent le doigt du sage à défaut de regarder la lune. Ca va que je suis bronzée, on voit moins que je pâlis tellement l’inertie des gens me fait peur. La vraie information existe bien, mais il faut la chercher ailleurs que sur Slate ou Rue89 (RIP Rue89, c’était mieux avant). Analyser par soi-même et ne plus recracher bêtement un laïus de pseudo-expert entendu sur LCI.

Je ne sais pas si ce qui me fait le plus peur, ce sont les candidats ou les gens capables de voter pour eux.

Quand je relis les posts des premières années de ce blog, je me rends compte que j’étais en guerre contre la terre entière. Forcément, je n’étais pas en paix avec moi-même. Aujourd’hui, je me sens plus sereine, et j’accepte les choses, je veux et j’essaie toujours de les changer, je m’investis dans des associations (enfin, à mon niveau, parce qu’à distance ce n’est pas facile…), et je le fais sans colère. Enfin avec moins de colère, j’ai encore du travail sur moi à faire, notamment ces jours-ci.

Sur ma plage, rien d’autre n’est important que de vivre.

Spread the world !Tweet about this on TwitterShare on Google+Share on Facebook
Taggé comme:

À propos de l'auteur

On dit de moi que je suis parfois asociale et trop geek. En fait, j'aime juste être peinarde. Je me sentais incomprise jusqu'à ce que j'ouvre ce blog.

16 Commentaires

  1. Mme Puffin dit :

    Comme je te rejoins !! Je prends un peu plus de recul chaque jour également depuis bientôt 2 ans que nous sommes partis de France où nous ne nous retrouvions plus… De notre fjord, c’est difficile d’expliquer la campagne et ce qu’il se passe en ce moment en France à nos amis, notre entourage dans notre nouveau pays… ce qui en dit long sur l’aberration que représente la situation française dans une société où la communauté, chaque citoyen se mobilise lorsqu’il y en a besoin (panamas papers, faillite des banques, égalité homme-femme, drogue chez les jeunes, etc.)

    Mais j’ai confiance dans un sursaut citoyen dans les années à venir… la situation ne peut pas empirer éternellement et les actions citoyennes positives finiront par avoir plus de visibilité concrète dans le quotidien de chacun que des médias qui perdent un peu plus en crédibilité chaque jour… Quand on est dans une impasse, on atteint forcément le mur un jour et ce jour-là, il faut bien prendre une nouvelle direction 😉

    Ta plage est magnifique… bonnes vacances à toi – profite bien ! – et à bientôt j’espère ! 🙂

  2. KaRimelo dit :

    Reste loin de ce monde sans logique. Pour ma part je n’ai pris le soin de me réinscrire sur les listes et du coup pas de possibilité de voter et entrez nous, cela ne me fait ni chaud ni froid.

    Prend soin de toi

    Ka

  3. jjjjeeeeffff dit :

    Dur, dur…
    Dure la réalité de ce que sont les Français aujourd’hui (j’ai encore la force de mettre une majuscule à Français, pourtant. Un réflexe, sans doute).
    Dur de faire un choix entre ces 11 candidats. Il y en a bien un qui me plaisait plus que les autres, mais je n’ai pas voté pour lui…
    Dur d’avoir à assumer ce que je viens d’écrire.
    Dur de changer les choses en douceur. J’espère qu’on y arrivera un jour, mais j’ai des doutes.
    Dur de se comprendre quand on ne s’écoute pas.
    Douce la bise que je t’envoie.

    • Mouais, nous y arriverons lorsqu’il y aura un réveil collectif, suite au ras le bol collectif. Puis chacun doit faire sa part, tu ne crois pas ? Et faire avancer le monde selon ce que l’on pense être juste.

      Pourquoi n’as-tu pas voté pour le candidat en lequel tu croyais le plus ?

      J’espère bientôt te revoir Jeff ! Bises

  4. T dit :

    En espérant pour vous, Français, que ce que vous recevrez ne sera pas pire que celui des USA ..

    Je n’ai pas utilisé le terme ‘élirez’ par choix étant donné que vous n’êtes pas obligés de voter dans vos contrées, pas comme nous dans notre Royaume de Belgique où nous risquons jusque 150 euros d’amende si nous oubliions d’y aller 🙂

    Bonne chance à vous !

  5. azerty dit :

    La vie là bas a du être un conte de fée. Bon retour en France et à la réalité. Très belle rédaction de cet article. beau paysage.

  6. Val dit :

    La politique devient de plus en plus médiatisée, parfois je me demande si ce n’est au final pas qu’une gigantesque comédie à échelle nationale.. après Donald Trump l’acteur – présentateur de show TV, on a droit à Emmanuel Macron, propulsé par ses amis.. les médias !

    Je pense que le mieux reste de se détacher de tout ça, et honnêtement si j’avais une plage comme ta photo devant moi, le choix serait vite fait 😉

  7. tu as choisi de vivre ou du moins de passer beaucoup de temps à l’étranger pour chercher un equilibre qui te correspond mieux?

  8. Depuis notre île, aussi, la campagne présidentielle nous semblait vraiment surréaliste. Les gens ici devaient voter pour des personnes sensées les représenter ! La blague.
    D’après ce que tu racontes tu vivais un peu (beaucoup) loin de la France, mais je n’ai pas réussi à te localiser (je n’ai, sans doute, pas bien lu ton blog!). Tu étais où?
    Fabrice

    • Merci pour tes commentaires Fabrice.
      Je n’ai pas dit où j’étais à l’époque : j’étais aux Antilles pour mes vacances-haltes. Je travaillais loin dans l’hémisphère sud.

      Et pour avoir parlé avec pas mal de locaux, « la blague » est un euphémisme (elle l’est aussi pour moi qui déclare mes impôts en France, à défaut d’y vivre ces trois dernières années)…

Laisser un commentaire

- Je joue le jeu des commentaires en Do follow, mais SVP n'abusez pas des ancres optimisées et des commentaires bidons, ils ne seront pas validés


Get Adobe Flash player